Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2014

Women in racing : Marion Thouroude

sans-titre.png

Lors des 10000 tours du Castellet, fin octobre, nous avons rencontré cette jeune femme autour des Peugeot RCZ. Discussion vite focalisée sur son implication en compétition. Original le choix de l'historique pour sa première saison complète. Irons nous jusqu'à affirmer que ça veut tout dire ? Que seules les anciennes ont du charme ? Non. Mais voir de plus en plus de jeunes débarquer dans cette discipline est le signe de sa vitalité, de ses attraits esthétique et pécuniaire et de la qualité de son  état d'esprit. A l'heure où certains grands champions retraités vont à l'historique, il est intéressant de voir de jeunes compétiteurs y débuter leur carrière.

Propos recueillis par Olivier Rogar

Lire la suite

Publié dans Années 2010-2019, Circuit, Courses | Commentaires (4) | |  Facebook | |

10/12/2014

Vidéos Grand Prix de Monaco 1963 par Roger Couderc

En cinq tableaux et commenté par Roger Couderc

Vous êtes vraiment une bande de veinards. Mais je ne suis pas sûr que vous en soyez tous conscients. De quelle chance s’agit-il, me direz-vous, un peu interloqués par cette entame ? Celle de m’avoir parmi vous, tout simplement ; je le dis sans ambages et sans gêne aucune. Auriez-vous jamais pu imaginer que l’occasion vous serait donnée de voir ce que je vous propose aujourd’hui : une retransmission télévisée du Grand Prix de Monaco 1963 commentée par Roger Couderc ? Je vous propose ici 5 extraits, soit environ 45 minutes d’une retransmission qui a duré au total 1 heure et 37 minutes.

René Fiévet

Lire la suite

Publié dans Années 1960-1969, Circuit, Courses, Films, Media | Commentaires (13) | |  Facebook | |

06/12/2014

Grand Prix de l’ACF 1947 – 21 septembre Lyon Parilly

 

1 Départ Louveau Chiron Chaboud.jpg

1947, huit ans après le dernier Grand Prix de l’ACF remporté par Hermann Paul Müller sur Auto Union, le public français renouait avec une épreuve officielle organisée par l’Automobile Club de France.

Deux ans auparavant, en 1945, juste au sortir de la guerre, la journée automobile de l’AGACI tenue au Bois de Boulogne avait déplacé les grandes foules. Les Parisiens venus y retrouver bruits mécaniques comme odeurs de gommes et de ricin avaient pu fêter la victoire du grand Jean-Pierre Wimille.

Lors de cette manifestation, on avait ressorti des garages les « avant guerre ». La Bugatti de Maurice Trintignant, cachée jusqu’alors dans une grange avait des soucis d’alimentation. Il allait lui falloir gamberger un bon moment avant de diagnostiquer le problème : des « pétoules » (crottes de rat)  dans le réservoir… « Pétoulet » avait gagné son surnom !

François Coeuret

Lire la suite

Publié dans Années 1940-1949, Circuit, Courses | Commentaires (7) | |  Facebook | |

02/12/2014

"Biche" : Monte Carlo 2015 en WRC !?

biche,biche espinos,jean-pierre augert,claudine trautman,marianne hoefner,jean-claude andruet,maurizio verini,olivier rogar

Andruet - "Biche", couple mythique du rallye. Premier équipage vainqueur au nouveau Championnat du Monde lors du Monte-Carlo 1973. Les années ont passé, les victoires se sont accumulées et la passion est restée. A tel point que "Biche" va participer au prochain "Monte - Carlo" en WRC.

Elle a bien voulu nous présenter son projet et nous a donné l'occasion de revenir avec elle sur sa carrière. Ne cherchez pas de détails au centième de seconde, de fastidieuses listes de résultats ou de complaintes sur le thême "c'était mieux avant"; "Biche" est la simplicité et l'humilité personnifiées. Pourtant elle est dans le présent, dans l'action et dans le dépassement de soi. Très "Classic " en somme...

Propos recueillis par Olivier Rogar 

Lire la suite

28/11/2014

Rudi, Hermann, Juan Manuel, Lewis et les autres

 CC1 Rudi Hermann Juan Manuel Lewis.jpg

Ils sont désormais quatre. Quatre champions auréolés en Grand Prix d’un titre officiel, mondial ou européen. Quatre titres acquis au volant d’une monoplace Mercedes-Benz. Plus d’un siècle d’Histoire, plus ou moins tumultueuse, incarnée par une firme qui était présente à l’aube de la course automobile. Quatre champions, sans compter les autres…

 

Pierre Ménard

Lire la suite

25/11/2014

F1 2014 : Le billet de Johnny Rives - Abu Dhabi 19

 

AbudhabiPodium.jpg

HEUREUSEMENT TOUT S’EST BIEN TERMINÉ !

 Un peu de fiction. Pour le fun, comme disent les plus jeunes. Rosberg et Hamilton sont en première ligne au départ du Grand Prix d’Abu Dhabi, épreuve décisive pour le titre de champion du monde. Hamilton a pris la précaution de faire un simulacre de départ en quittant son stand. Ça lui a permis d’affiner opportunément l’enchaînement automatique des manœuvres.

 C’est ainsi qu’il a surpris son équipier qui était pourtant en pole position. Tandis qu’Hamilton s’envole, Rosberg a toutes les peines du monde pour s’assurer  la deuxième place. A tel point qu’en un demi tour, Hamilton réussit à creuser un écart qui le place hors de portée de son rival. Quand arrive enfin l’autorisation d’utiliser le DRS en ligne droite, Rosberg avec plus d’une seconde de retard ne peut en profiter. Derrière les deux Mercedes qui s’envolent à leur bonne habitude, Massa conduit brillamment la chasse avec son étonnante Williams.

 Après 20 tours, l’écart entre les deux Mercedes se situe autour des deux secondes et demie. C’est rien. Mais beaucoup aussi. Car Rosberg ne peut toujours pas recourir à son DRS pour gagner les précieux kilomètres/heure qui lui permettraient de rejoindre Hamilton. Soudain surprise ! 23e tour : Hamilton semble avoir manqué un freinage. La Mercedes n°44 fait un large détour sur un dégagement de la piste. « Quelque chose s’est déréglé ! s’exclame Hamilton dans sa radio. J’ai perdu de la puissance » Rosberg est déjà dans ses roues. Il le dépasse aisément dans la première ligne droite.

 « Qu’est-ce que je dois faire ? » implore Hamilton.

 « On vérifie tout, lui répond son stand. Essaye de continuer aussi vite que tu peux ! »

 Hélas, le stand Mercedes sera impuissant. Le système de récupération de l’énergie est défaillant. Rien à faire… « Essaye de poursuivre ainsi. Si tu parviens à te classer 2e c’est toi le champion du monde ! » Hamilton le sait très bien. D’ailleurs il préfère ne pas répondre. Une caméra embarquée montre son regard d’une intensité terrible. Mais ses efforts seront vains. Pendant que Rosberg s’envole vers une victoire irrésistible – à moins que son ERS ne subisse le même sort que celui d’Hamilton – on songe aux propos de Toto Wolfe, juste avant le départ :  « Nous avons concentré tous nos efforts pour préparer au mieux nos deux F1. Dans l’espoir que nos deux pilotes règleront leur rivalité d’égal à égal sans qu’une défaillance technique sur une des voitures ne fasse la décision. » On ne doute pas un seul instant de la sincérité de ce voeux pieux. Hélas, et cela depuis que la course existe, les hommes proposent mais la mécanique dispose. De plus en plus en difficulté, Hamilton ne résistera pas au retour de Massa. Il sera même débordé par la plupart de ses poursuivants.

  Son staff technique s’apitoie sur son sort : « Tu devrais rentrer au stand, we are so sorry, » communique sa radio. Mais Lewis se défend : « Non !non ! je ne veux pas rendre les armes, je veux finir la course. – OK, nous respectons ton choix, tu es courageux ! »

 Finalement classé 14e derrière les deux Français Vergne et Grosjean, Hamilton ne pourra pas dissimuler sa déception. Néanmoins il tiendra sportivement à féliciter Nico Rosberg pour son couronnement inattendu. Qu’il qualifiera même, élégance suprême, de « mérité ».

Johnny Rives

Lire la suite

Publié dans Actualités, Années 2010-2019, Circuit, Courses | Commentaires (10) | |  Facebook | |

20/11/2014

Classic drive : Ford Mustang 1967 « Bullitt » par Richard Dallest

 ford mustang bullitt,richard dallest,olivier rogar,classic courses,steve mcqueen


Les palmiers, la mer, une lumière californienne. La Mustang verte qui gronde doucement avant de prendre la route de la montagne... On y était. Il manquait juste la Dodge Charger des "méchants". Paysages, bruit, ambiance, on s'est laissé charmer. La "289" distille simplement de la joie de vivre. Bienvenue sur les route du Var avec Richard Dallest !

Olivier Rogar

 

Lire la suite

18/11/2014

François Guiter, l’empreinte d’un géant

J’ai eu la chance de rencontrer François Guiter en février 2002, en vue CC Guiter 1.jpgd’un dossier que je préparais sur le V6 Renault turbo pour Automobile Historique. Il m’a aimablement reçu dans le fatras du bureau de sa maison de production de films, dans le XVIe. La stature du bonhomme m’a incité à dépasser le cadre restreint de mon dossier en devenir et à avoir une discussion à bâtons rompus sur sa foisonnante carrière, tout en sachant que je ne me servirais que d’une petite partie de cette rencontre… dans l’immédiat. Douze années plus tard, je me sens de publier dans Classic Courses la totalité de cette conversation.

 

Propos recueillis par Pierre Ménard

Lire la suite

Publié dans Années 2000-2009, Guiter François, Personnalités | Commentaires (19) | |  Facebook | |

16/11/2014

François Guiter, un homme d'exception.

 patrick tambay,françois guiter,gérad bacle,olivier rogar,pierre ménard,jean-pierre jabouille,philippe streiffLa réussite est faite de circonstances. Lorsqu’elles sont porteuses, elles unissent parfois  de grandes personnalités à de grands projets. Elf, « les ronds rouges », était le grand projet. François Guiter, la grande personnalité.

Patron de la publicité et de la promotion du pétrolier, l’homme a choisi le sport automobile comme principal vecteur de communication. A l’origine de la filière Elf, il a porté vers les pistes des centaines de pilotes et accompagné plusieurs constructeurs. Son engagement au cours de trois décennies à la tête de la compétition chez Elf a permis à la France de gagner partout, en F1 comme au Mans ou en rallye.  Disparu le week-end dernier à l’âge de 86 ans, il laisse un héritage sportif considérable.

Avec Pierre Ménard, nous avons pu joindre Gérad Bacle, Loïc Depailler, Jean - Pierre Jabouille, Philippe Streiff et Patrick Tambay, qui livrent à Classic COURSES leurs témoignages au sujet de l'homme auquel ils doivent une grande partie de leur carrière.

patrick tambay,françois guiter,gérad bacle,olivier rogar,pierre ménard,jean-pierre jabouille,philippe streiff

 Mais d'abord nous emprunterons à Jean-Marc Chaillet ( Les ronds rouges arrivent – souvenirs d’un chef de publicité pilote – Editions du Palmier  ), sa description du personnage :

"François Guiter , même assis derrière un bureau est quelqu’un de très imposant, il doit peser plus de 100 kilos. « quand un homme de 100 kilos parle, ceux de 60 kilos l’écoutent » a dit Michel Audiard. Ensuite, un regard : il vous capte entièrement en quelques secondes. Impossible d’y échapper. Rien ne transparait. C’est l’immobilité physique absolue qui vous impressionne. Mais on sent qu’il est capable de fondre sur vous avec une vitesse terrifiante. [….] Quand il écoute il regarde ses dossiers ( qu’il connait par cœur), pourtant de temps en temps son regard revient se poser sur celui qui est de l’autre côté du bureau : victime ou compagnon ? A mon avis, ça se joue très vite. On ne triche pas avec François Guiter. [….] Homme de réseaux, homme de fidélité, à la mémoire terrible. , homme d’honneur…un chêne    François est un homme de puissance, non de pouvoir. Il n’a jamais fait partie du staff des décideurs Elf. Hiérarchiquement d’autres étaient mieux placés que lui. Mais grâce à sa clairvoyance , sa volonté, ses intuitions fulgurantes, sa maestria et son adresse dans l’art de naviguer au sein des grands groupes, il a toujours su mettre toute son énergie à faire bouger sa société dans le sens qu’il estimait le plus favorable pour la marque. Doué d’un charme et d’un charisme « hénaurmes », c’est l’homme le plus doué dans l’art de la persuasion qu’il m’ait été donné de rencontrer."

 Olivier Rogar

Lire la suite

14/11/2014

Merci, Monsieur Guiter

 

fraçois guiter,luc augier,classic courses

François Guiter a déjà presque 40 ans quand il s'implique dans la compétition automobile. Jusqu'alors, son monde avait été celui du silence et du milieu sous marin, du combat, de l'image et de l'exploration. Enrôlé dans l'équipe de communication chargée du lancement de la nouvelle marque Elf, il participe à la mémorable opération "les ronds rouges arrivent" qui suscite la curiosité de la France entière jusqu'à ce que le voile soit levé le 27 avril 1967 sur les centaines de stations services -ex Caltex pour la plupart- arborant les nouvelles couleurs sur fond de trépan stylisé. A cette nouvelle marque, il faut donner une image jeune, technique et dynamique. François Guiter fait la synthèse : l'un des vecteurs de promotion sera le sport automobile.

Luc Augier

Lire la suite